Terminale Bac Pro : La décolonisation et la construction de nouveaux Etats : L'Inde et l'Algérie - 2, L'Algérie dans une guerre qui ne dit pas son nom !

Publié le par Claude Keryhuel

Doc 1 : Prise de Mascara, le 5 décembre 1835, par les troupes françaises sur les soldats d'Abd El Khader (Image d'Epinal, 1836)

Le XIX siècle voit la France accroitre ses possessions hors du territoire national, notamment en Afrique (du nord et sub-saharienne). Désireuse d'augmenter et de sécuriser ses approvisionnement en matières première en pleine révolution industrielle, la France n'hésite pas à pratiquer une politique extrêmement agressive à l'égard des peuples des territoires convoités. Ainsi, l'Algérie, alors sous domination Ottomane (Turque d'aujourd'hui) subit les assauts des troupes françaises à partir de 1830 et à la suite d'une longue période dite de "pacification" (voir la gravure ci-dessus !), le pays est conquis en 1847. 

Il va s'ensuivre une politique de peuplement et l'Etat français encourage l'installation de Français mais aussi d'autres population d'Europe dans ce pays aux plaines fertiles. C'est d'ailleurs la seule colonie de peuplement réussie qu'a organisé l'Etat français dans son histoire. A partir de 1870 et l'installation de la IIIème République, l'Algérie est divisée en trois départements et en 1881 est voté le Code de l'indigénat qui fait des Algériens musulmans des citoyens français de seconde zone : interdiction de quitter sa commune sans permis de voyage, de tenir des propos offensants envers un agent de l'autorité, obligation d'obéir aux ordres de corvées, règles vestimentaires à respecter... bref, une série de règlements vexatoires qui seront prolongés jusqu'au lendemain de la seconde guerre mondiale. Cette réglementation  punitive prive les algériens musulmans de tous droits civiques et les peines leurs sont infligées d'autorité sans passer par la justice, au mépris du droit français. Bien évidemment, les populations dites "indigènes" se rebellent régulièrement mais leurs actions sont à chaque fois réprimées durement par les troupes françaises. 

Après la seconde guerre mondiale, à laquelle ont participé activement les régiments algériens pour libérer la France de l'oppression nazie, il était naturel qu'une partie de la population algérienne autochtone désire s'affranchir de l'autorité française qu'elle considère comme étant une puissance coloniale. D'ailleurs, le 8 mai 1945, jour de la célébration de la victoire sur les nazis, la troupe tire sur des manifestants algériens qui revendiquaient leur indépendance. Cette première manifestation indépendantiste d'après guerre va déclencher un mouvement qui va s'amplifier rapidement. 

C'est ainsi que le 1er novembre 1954, jour de la Toussaint (dont on va retenir le nom pour se souvenir de l'événement), une trentaine d'attentats vont avoir lieu simultanément en Algérie, faisant sept victimes. L'opération est revendiquée par une organisation jusqu'alors inconnue : le Front de Libération Nationale (FLN). Dès lors, une guerre qui ne dira jamais son nom (on appelait ça des "opérations de maintien de l'ordre") va secouer à la fois le territoire algérien mais aussi métropolitain, avec son lot d'attentats, d'opérations de guerre, de tortures, de morts... qui ne prendra fin qu'avec l'arrêt des combats avec l'accord d'Evian, le 18 mars 1962 et enfin l'accession à l'indépendance, le 5 juillet 1962.

  Doc2 : 

Doc 3 : 

* François Mitterrand, qui sera Président de la République de 1981 à 1995, était alors Ministre de l'Intérieur

Exercices 

Doc 1 : Sous la forme d'une frise chronologique, retracez les étapes de la colonisation de l'Algérie.

Doc2 : Identifiez les auteurs de la proclamation. A qui est-elle destinée ? Quel est le but à atteindre et par quels moyens ?

Doc 2 et 3 : Relevez dans chaque texte une ou des phrases qui s'opposent. Dans un tableau, dites pourquoi elles s'opposent.

 

Doc 4 : 

"Algérie : troubles sanglants" : couverture de l'hebdomadaire Radar du 14 novembre 1954

Le magazine Radar est spécialisé dans les faits divers. Le 14 novembre, il relate les événements qui se sont passés le jour de la Toussaint, évoquant l'attaque du car reliant Biskra à Arris. Dans cet attentat, un jeune instituteur français qui venait prendre son premier poste est tué, sa femme blessée.

Exercice : 

a) Pourquoi les indépendantistes ont choisi la date du 1er novembre, jour de la Toussaint, pour perpétrer leurs attentats ?

b) Décrivez l'attitude des différents personnages.

c) Quels sentiments cette représentation des faits cherche-t-elle à, produire sur les lecteurs ?

 

Et, comme d'habitude, vous trouverez ci-dessous les questionnaires à remplir sous les 3 formats proposés. Bonne lecture et bon courage !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article